Accueil Actus Les citoyens et leurs élus produisent eux-mêmes une énergie verte et locale

Les citoyens et leurs élus produisent eux-mêmes une énergie verte et locale

par La rédaction

De plus en plus, les particuliers cherchent à consommer une énergie plus verte, mais aussi plus locale. C’est pourquoi de nombreuses organisations proposent de produire une électricité renouvelable, produite grâce à des panneaux solaires par exemple, et vendue en circuit-court auprès des consommateurs. Découvrez en plus dans cet article !

Crédits photos : Energie Partagée

Agir pour une électricité verte, locale et en circuit-court 

Les citoyens sont de plus en plus sensibles à ce qu’ils consomment au quotidien. Un mode de consommation qui a pris de l’ampleur d’abord dans le domaine de l’alimentation : de nombreux consommateurs ont d’abord essayé de manger bio, puis de saison, et enfin local et en circuit-court. Avec l’électricité, c’est la même logique qui est à l’œuvre. Consommer une énergie verte, pour beaucoup, c’est le point de départ d’une démarche pour une énergie produite localement et qui bénéficie au territoire. On parle alors d’énergies citoyennes.

Une production d’électricité rentable pour le territoire

Les installations d’énergie renouvelables, telles que les panneaux photovoltaïques, captent une richesse locale naturelle (le soleil, le vent, la biomasse) pour la transformer en énergie. La plupart du temps, ce sont des opérateurs privés qui produisent et vendent de l’électricité à des fournisseurs. Dans ce cas de figure, la richesse créée à partir de la ressource locale ne bénéficie que très peu au territoire. Les collectivités locales vont simplement toucher des taxes et parfois un loyer (si l’unité de production est installée sur un terrain dont elles sont propriétaires).

C’est souvent ce constat qui motive des acteurs locaux (élus et habitants) à reprendre la main sur la production d’énergie, pour en faire un atout économique, social et démocratique. Ils montent alors des projets de production d’énergie renouvelable, telle que l’énergie solaire, dont la gouvernance est assurée par des habitants, des communes et des intercommunalités. C’est ce qu’on appelle “les sociétés citoyennes d’énergie renouvelable” ou encore les “coopératives d’énergie”. Un citoyen consommateur va investir dans la coopérative (participation) et recevra en échange des dividendes. L’électricité produite par les projets de production de la coopérative locale alimente les foyers des habitants, dont ceux qui ont investi.

Schéma produit par Energie Partagée

Le cercle vertueux de l’énergie citoyenne 

Ces sociétés citoyennes existent déjà et ils sont des dizaines de milliers de citoyens à être actionnaires de la coopérative proche de chez eux ! On trouve ainsi des énergies citoyennes en Occitanie ! Ces sociétés sont gérées en direct par les habitants et les collectivités actionnaires. Les décisions sont donc prises en ayant à cœur le territoire, sa protection et son développement. L’autre gros avantage, c’est que les recettes de ces projets sont encaissées par les habitants et collectivités actionnaires et, surtout, cette richesse est réinvestie dans des projets locaux (sensibilisation énergétique, production d’énergie renouvelable, rénovation énergétique, etc).

En supprimant les intermédiaires, en intégrant les projets le mieux possible pour le territoire et en optimisant les retombées économiques locales, ce modèle de gouvernance des énergies renouvelables propose un cercle vertueux pour les consommateurs sensibles à ce qu’ils achètent.

Schéma produit par Energie Partagée

S’impliquer et devenir acteur des énergies locales et renouvelables

Pour un habitant, s’impliquer dans les énergies citoyennes, locales et renouvelables peut prendre plusieurs formes. Cela peut vouloir dire devenir bénévole et consacrer de son temps à la société de projet pour animer des stands, gérer la communication, donner des conseils juridiques ou financiers. Un habitant peut également choisir d’investir au capital d’une société citoyenne existante : cela lui donne alors accès à la gouvernance de ladite société, il peut donner son avis et participer aux décisions qui seront prises. Enfin, un citoyen peut tout à fait initier un projet s’il est dans une zone où aucune coopérative n’existe pour le moment. Dans tous les cas, des réseaux associatifs régionaux et nationaux existent pour accompagner et fédérer ces initiatives.

Les articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire