Accueil Actus Comment réussir le pari de la neutralité carbone à l’échelle d’une agglomération ?

Comment réussir le pari de la neutralité carbone à l’échelle d’une agglomération ?

par Ines Evrain

Depuis 2015, la neutralité carbone est au cœur des politiques de transition énergétique adoptées par les autorités publiques. Cette neutralité carbone peut être atteinte grâce à de nombreux moyens, qu’il s’agisse de créer des puits de carbone, ou d’installer des panneaux solaires pour émettre moins de gaz à effet de serre. Comment, à l’échelle d’une agglomération, réussir ce pari ?

puits carbone neutralite carbone

Qu’est-ce que la neutralité carbone ?

Une question d’équilibre

La neutralité carbone, au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique, est avant tout une question d’équilibre, entre les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par notre consommation énergétique, et leur retrait dans l’atmosphère. Cet équilibre est à atteindre dans un espace donné, et la neutralité carbone peut être réalisée à différentes échelles : nationale, individuelle, ou même à l’échelle d’une agglomération. C’est par exemple le pari audacieux de l’agglomération de La Rochelle, qui souhaite devenir le premier territoire “zéro carbone” de France.

Neutralité carbone, objectif 2050

En signant les Accords de Paris en 2015, la France s’est engagée à atteindre d’ici 2050 un plafond dans les émissions de gaz à effet de serre qu’elle produit, notamment en abandonnant les énergies fossiles et en adoptant une consommation énergétique plus responsable. Malgré des résultats mitigés, la France s’est fixé de nombreux objectifs, notamment en matière de rénovation énergétique.

Compenser les émissions de gaz à effet de serre

Créer des puits de carbone pour compenser les émissions de GES

Les émissions de gaz à effet de serre ont un impact négatif certain sur notre environnement : réchauffement du climat, acidification des océans, ou encore diminution de la faune et de la flore dans certains territoires.

Afin de pallier ces effets négatifs, la principale solution mise en place par les différents espaces, et surtout les agglomérations, est de compenser ces émissions de gaz à effet de serre en créant des puits de carbone. Ces puits permettent de capturer les émissions de gaz à effet de serre, grâce à des espaces végétalisés (notamment en milieux urbains), ou à l’agriculture périurbaine. L’agglomération de La Rochelle, qui tend à réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre, a décidé de développer ces puits de carbone et ainsi d’utiliser les atouts de son territoire pour atteindre au plus vite cette réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Supporter le développement des énergies renouvelables

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, l’essor des énergies renouvelables dans la consommation énergétique des résidents de l’agglomération joue un rôle important. Les énergies renouvelables (EnR), qu’il s’agisse de l’énergie solaire, éolienne ou de la géothermie, se développent de plus en plus dans les offres d’énergie proposées par les fournisseurs d’énergie.

L’énergie solaire photovoltaïque, tout particulièrement, est un atout non négligeable pour les agglomérations souhaitant améliorer la neutralité carbone de leur territoire. Faciles à installer sur les habitations, bénéfiques pour les particuliers grâce à l’autoconsommation et aux économies d’énergies qu’ils entraînent, les panneaux solaires permettent aux agglomérations de produire une énergie verte, qui ne génère pas d’émissions de gaz à effet de serre.

Afin d’encourager le développement de ces énergies renouvelables, l’agglomération a tout intérêt à sensibiliser ses résidents, ainsi qu’à les soutenir financièrement, grâce aux aides mises en place par l’Etat et les autorités publiques.

Pour certaines agglomérations, soutenir la production des énergies renouvelables passe également par une assistance apportée aux fournisseurs d’énergies vertes locaux, qui peuvent par exemple travailler de concert avec les agriculteurs pour produire une électricité ou un gaz plus “verts”. Ainsi, grâce aux déchets organiques produits par les agriculteurs, mais aussi par les citoyens, les producteurs de gaz peuvent se lancer dans le processus de méthanisation, qui permet de produire du biogaz, moins polluant que le gaz naturel. La production d’énergie solaire sur sol ou sur le toit d’entreprises peut également être un atout non négligeable dans la transition énergétique et l’amélioration de la neutralité carbone d’une agglomération.

panneaux solaires production energie renouvelable

Améliorer l’efficacité énergétique du parc immobilier

Bâtir des logements “basse consommation”

Le parc immobilier français représente une large part des émissions de gaz à effet de serre produites sur le territoire : le secteur du logement, à lui tout seul, représente 45% de la consommation énergétique du pays. Souvent, ces logements sont de vraies passoires énergétiques, c’est-à-dire qu’elles laissent s’échapper une large quantité de pollution à cause de leur chauffage. Bâtir des logements moins énergivores est l’un des enjeux principaux de la neutralité carbone. Grâce à une meilleure isolation, mais également à une fourniture en énergie plus propre, les bâtiments deviennent plus confortables pour leurs habitants, et permettent de réduire les dépenses énergétiques des particuliers.

L’énergie solaire peut à la fois être utilisée pour la production d’électricité, mais aussi de chaleur, grâce aux panneaux solaires thermiques, ou à l’installation de chauffe-eau solaire chez les particuliers. De plus, de nombreuses aides sont disponibles pour permettre aux habitants d’une agglomération de s’équiper d’un système de chauffage plus performant.

Sensibiliser les résidents à la neutralité carbone

Adopter des gestes simples et éco-responsables

Atteindre la neutralité carbone passe avant tout par les actions des habitants d’une agglomération. Qu’il s’agisse de baisser son chauffage de quelques degrés en hiver (selon l’Ademe, il suffirait de diminuer son chauffage de seulement 1 degré pour faire jusqu’à 7% d’économies), ou encore de souscrire un contrat d’énergie verte, les gestes éco-responsables à adopter pour réduire l’empreinte carbone d’une agglomération sont simples !

Au sein d’une même agglomération, les résidents peuvent contribuer à la production d’énergie verte, grâce au recyclage de leurs déchets organiques, utilisés par la suite pour produire du biogaz. Saviez-vous par ailleurs que les panneaux solaires sont recyclables ? Ainsi, les agglomérations ont tout intérêt à pousser leurs habitants à les adopter, puisque la pollution qu’ils génèrent est plus que moindre !

La neutralité carbone passe également par les transports !

La neutralité carbone ne se joue pas uniquement dans le secteur de l’immobilier ou de la production d’énergie : les déplacements représentent eux aussi un important poste d’émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, dans l’agglomération de La Rochelle, la pollution due aux transports compte pour 27% d’émissions de CO2. Un taux qui peut sembler considérable, mais facilement améliorable, pour devenir une zone neutre en émission carbone !
En poussant ses habitants à se déplacer davantage à pied, en vélo ou en covoiturage, une agglomération peut ainsi facilement diminuer les déplacements motorisés, sources principales de pollution. Quant aux véhicules dont les résidents ne peuvent se passer, tels que les transports en communs ou les véhicules de livraison, l’accent peut être mis sur une transition énergétique de ces moyens de transport (véhicules électriques par exemple).

Les articles qui pourraient vous intéresser

Laissez un commentaire