Accueil Actus BePas, BePos : ces bâtiments intelligents sont-ils un nouvel enjeu pour les panneaux solaires ?

BePas, BePos : ces bâtiments intelligents sont-ils un nouvel enjeu pour les panneaux solaires ?

par Béatrice

Vous en avez peut-être déjà entendu parler, les BePas (bâtiment à énergie passive) ou BePos (bâtiment à énergie positive) sont des bâtiments intelligents qui vont sans doute révolutionner le secteur du bâtiment et notre manière de vivre. Et il y a du travail ! En effet, le bâtiment représente 40% de la consommation en énergie primaire totale consommée en France. Cela, uniquement pour les bâtiments résidentiels et tertiaires. Le secteur a donc un fort impact énergétique qu’il faut adapter pour répondre aux objectifs des pouvoirs publics en matière d’écologie. Est-ce que les nouvelles réglementations thermiques qui font la part belle aux BePas, BePos vont mettre à l’honneur l’énergie solaire avec les panneaux photovoltaïques ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir ! 

BePas BePos

BePas et BePos : définitions

Le terme de BePas signifie bâtiment à énergie passive. Suivant cette même logique, le BePos est le bâtiment à énergie positive. La caractéristique de ces deux bâtiments est leur faible besoin en chauffage. Cela, grâce à leur spécificités :

  • Le logement BePas : la consommation est très basse du fait de l’isolation de la maison et de ses performances énergétiques, dans ce cas là, le logement ne produit pas d’énergie
  • Le logement BePos : maison qui est plus productrice que consommatrice d’énergie

Ces deux types d’habitation sont des maisons à très basse consommation d’énergie. Lorsque l’on transforme sa maison en maison passive ou que l’on en fait construire une, on peut espérer des économies d’énergie jusqu’à 90% par rapport à une maison traditionnelle. 

Critères d’obtention du label BePas, BePos

Ces deux types de maison sont la conséquence de réglementations. En effet, depuis 2012 le secteur du bâtiment doit respecter la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). Il s’agit d’une norme pour les nouvelles constructions. Celle-ci est prévue par le Grenelle de l’environnement qui statue des aspects thermiques et sur l’isolation de ces constructions neuves. C’est comme cela qu’est né en 2012 le concept de BePas, maison à énergie passive, et que l’on encouragera la construction de maisons BePos avec la nouvelle réglementation thermique en 2020 (RE 2020). 

construction bâtiment intelligent BePas Bepos

Critères pour être considérée comme une maison passive 

Pour obtenir la certification BePas, il faut, vous l’aurez compris, répondre à plusieurs critères dans sa construction en matière de performance énergétique, en suivant les critères de la RT 2012. Il faut, en premier lieu, que les consommations en chauffage de l’air et de l’eau sanitaire et climatisation soient inférieures ou égales à 15 kWh/m²/an. Autre critère important : l’étanchéité à air renforcée. En effet, un grand principe de ces maisons passives est de limiter au maximum les pertes énergétiques, l’isolation et l’étanchéité sont donc très importantes. Enfin, dernier critère pour être considérée comme une maison passive, il faut que la consommation totale en énergie ne dépasse pas 120 kWh/m²/an. 

Critères pour être considérée comme une maison positive 

La maison positive est, elle, une maison qui produit davantage d’énergie qu’elle n’en consomme. En général, une maison positive possède des panneaux solaires qui lui permettent de produire sa propre énergie et même d’en vendre le surplus au réseau d’EDF. La production d’énergie n’est pas le seul critère, la déperdition énergétique est également surveillée et l’isolation doit être optimisée ainsi que les chauffages optimisés. Pour être considérée comme une maison BePos, il faut, en plus de respecter les restrictions de la RT 2012, faire attention aux installations électriques comme la télévision, les appareils ménagers, les ordinateurs et l’impact carbone de la construction. La maison positive est encore plus restrictive en matière de dépense énergétique que la maison passive. En effet, la consommation de chauffage ne doit pas excéder 12 kWh/m²/an, la consommation totale d’énergie primaire doit être inférieure à 100 kWh/m²/an et la production d’énergie renouvelable doit couvrir les besoins énergétiques du logement ou doit les surpasser. 

écoquartier BePas BePos

Les enjeux du BePos au niveau du réseau 

Les bâtiments BePas mettaient en avant une basse consommation énergétique dès 2012, avec les bâtiments Bepos, on met en avant des bâtiments qui consomment l’énergie qu’ils produisent. Un cap est passé qui est voué à changer la donne dans le paysage du bâtiment français. En effet avec la RE 2020, toutes les nouvelles constructions devront être des bâtiments à énergie positive, c’est-à-dire que le réseau devra faire face à la fois aux constructions anciennes plus traditionnelles, et aux nouvelles constructions plus indépendantes énergétiquement. Même s’il existe déjà des bâtiments qui collectent l’énergie renouvelable, il reste encore du travail pour développer les réseaux de chaleur et de froid. Il n’existe aujourd’hui pas de modèle qui permettrait à un réseau de collecter la chaleur ou le froid produits par de nombreux producteurs individuels. Pour le réseau électrique, la problématique est la multiplication des points de production sur le réseau et la distribution via un réseau à petite échelle par le modèle de l’autoconsommation collective. On passera ainsi d’un réseau centralisé, à un modèle diffus avec plusieurs points de production reliés à plusieurs points de livraison. Différentes problématiques sont posées afin d’accompagner le développement des logements BePos : au niveau technique, juridique et économique :

  • Au niveau technique : le développement des technologies telles que le stockage de l’électricité ou les systèmes de refroidissement de la température des réseaux pourraient se développer. Cependant, le réseau devrait s’adapter en permanence puisque différentes générations de bâtiments cohabiteront : bâtiments classiques et bâtiments BePos.
  • Au niveau juridique : le système d’achat de l’énergie solaire EDF OA pourrait être répliqué avec le réseau de chaleur. Le réseau achète l’énergie aux propriétaires des logements BePos selon un cadre fixé par un régulateur extérieur. 
  • Au niveau économique : il est  intéressant de développer des installations BePos en ce qui concerne l’électricité puisque le réseau bénéficie de financements publics pour raccorder tous les bâtiments. Ce qu’il faut envisager avec précaution néanmoins, c’est la transition d’un modèle à un autre ce qui risque de poser à terme, problème au réseau. En ce qui concerne la chaleur cela se complique un peu ! En effet, le coût de raccordement aux bâtiments BePos ne doit pas dépasser les bénéfices tirés sur sa durée de vie. Il faut donc bien évaluer la pertinence au niveau local de ces bâtiments BePos.

Plusieurs problématiques émergent avec les BePos au niveau du réseau qui va devoir s’adapter pour répondre à l’arrivée de ces nouveaux bâtiments intelligents. On constatera la mutualisation des réseaux de chaleurs urbains avec la prolifération des écoquartiers (comme l’écoquartier Confluence à Lyon, Bords de Seine à Issy-les-Moulineaux ou encore l’écoquartier Coeur de Bourg à la Rivière, au nord-ouest de Grenoble). 

La place du solaire dans les maisons positives (BePos)

C’est une excellente nouvelle, la nouvelle réglementation thermique fait la part belle aux énergies renouvelables et tout particulièrement aux panneaux solaires ! En effet, pour produire plus d’énergie que l’on en consomme, il est important de faire appel à une énergie naturelle pour ses besoins énergétiques. Quoi de mieux que des panneaux solaires ? On peut envisager un bel avenir pour les installations photovoltaïques dans les constructions neuves ! 

ces articles vont aussi vous intéresser :

Laissez un commentaire